Catégories

LES JEUX AMOUREUX DANS LE COUPLE

Sunday 23 December 2018

 De nombreux ouvrages traitent la question de la sexualité dans le couple. Nous allons nous concentrer, quant à nous, sur l’essentiel de cet art de vivre. Bien évidemment, nous n’allons pas le répéter à chaque article, nous parlons toujours des relations dans le cadre conjugal qui respecte les règles et l’éthique de la loi islamique.

L’éveil des sensations et du désir avant le rapport sexuel est un monde à part de plaisir pour celui qui sait s’y prendre. Les cinq sens peuvent être mis à contribution, ils participent à varier le plaisir et à le rendre intense.

1.  L’odorat : les parfums les plus subtils peuvent se transformer en de puissants catalyseurs du désir sexuel aussi bien chez l’homme que la femme. Il convient donc de ne pas négliger cette sensation. L’homme ou la femme qui dégage une odeur de chacal va davantage faire fuir son partenaire que l’attirer.

2.  Le goût : au lit, scène du plaisir, déguster certains fruits, comme le raisin, sont très excitants quand ils sont accompagnés par une bonne mise en scène. De même, l’échange de salive durant un ardent baiser produit également son effet.

3.  L’ouïe : des paroles douces, des expressions qui évoquent l’attrait de l’un pour l’autre, c’est ce qu’il y a de plus fascinant à cet égard. Il faut savoir varier les tonalités avec une mélodie lente et raffinée qui convient à ce moment. Ça permet de séduire le cœur et de captiver l’esprit. C’est là une manière formidable pour se détendre.

4.  La vue : des couleurs vives et une ambiance calfeutrée donnent au regard son qui lui revient de droit en matière d’envie et de sensualité. Il faut réjouir les yeux par des tenues attirantes et harmonieuses. Savoir jouer sur la manière d’enlever et de remettre son vêtement, il importe de ne pas tout dévoiler d’un coup. Se mettre en valeur physiquement est d’une importance capitale.

5.  Le toucher : les caresses les plus voluptueuses peuvent rendre toutes les zones du corps érogènes. Tout le corps peut être mis en éveil par des effleurements savamment orchestrés. De manière générale, les zones les plus sensibles chez la femme sont le cou, les lèvres, les seins, le bas du ventre, les cuisses et naturellement les parties intimes. Chez l’homme, nous pouvons citer les mêmes zones à l’exception bien sûr de celles qui sont spécifiques aux femmes.

Le baiser est indispensable dans tout rapport intime. Non seulement il contribue à faciliter le rapport par la suite, mais il le rend agréable. C’est la meilleure façon de déclarer son amour à sa bien-aimée. Les préliminaires ne doivent jamais être écartés lors d’une rencontre charnelle. Certaines statistiques sont formelles, l’absence de baisers lors d’un rapport provoque chez la femme un refus catégorique provenant de son inconscient.

Le baiser est une sorte de thermomètre qui permet d’évaluer l’intensité de l’échange amoureux. Il faut savoir varier ce plaisir en procédant de différentes manières. Le corps de la femme réagit face à cette activité préliminaire en sécrétant une matière visqueuse qui rend le rapport sexuel plus doux et plus intense.

La première nuit entre les jeunes mariés est très importante. Il faut surtout éviter toute précipitation, car elle sera la cause d’un blocage psychologique qui prendra longtemps avant de se réparer. Le mari doit éviter de jouer au mâle dominateur durant cette nuit. S’il agresse son épouse, il est possible qu’elle ressente du dégoût tout au long de sa vie, car elle aura l’impression de se faire violer.

La femme est un être délicat qu’il faut savoir approcher avec tact et élégance. Il y a une tradition prophétique citée par Al-Ghazâlî dans son Ihyâ’ dans laquelle le baiser est comparé à une sorte de messager entre les deux amoureux. De même, il faut que le rapport intime s’achève par un baiser. L’homme a souvent tendance à avoir un coup de barre et souhaite dormir alors que la femme a besoin de bien plus de temps. L’homme doit se montrer cavalier jusqu’au bout.

La plupart des femmes sont très gênées de montrer ouvertement leur désir d’avoir une relation intime. Ce d’autant plus que les traditions culturelles accentuent ce sentiment. Il ne faut pas que le mari considère cela comme un affront à sa virilité. C’est à lui de faire le premier pas et de mettre à l’aise son épouse. De son côté, la femme ne doit guère afficher une résistance excessive, car l’être humain de par sa nature est impatient. Le droit de la femme est d’être courtisée, mais son devoir est de se laisser courtiser.